ARRABAL (F.)


ARRABAL (F.)
ARRABAL (F.)

ARRABAL FERNANDO (1932- )

Arrabal est né à Melilla, dans le Maroc espagnol, sous la république. Son père, officier de carrière, est du reste connu pour ses opinions républicaines. Dès le début du soulèvement de l’armée d’Afrique, en 1936, ce dernier est arrêté puis condamné à mort. Sa peine sera commuée en trente ans de prison, mais il mourra en 1942, lors d’«une tentative d’évasion». Fernando n’oubliera jamais le destin de son père. D’autant plus que sa mère, par crainte du régime, cache les portraits de son mari, qu’elle dénonce auprès de son fils comme irresponsable.

Après la fin de la guerre civile, Arrabal vient avec sa mère à Madrid, en 1940. Il y vit une enfance puis une adolescence pauvres, assez chaotiques. Il écrit sa première pièce, Pique-nique en campagne en 1952. Celle-ci sera suivie du Tricycle (1953), qui remporte en 1954 le prix du Théâtre d’essai.

Cette même année, Arrabal émigre en France. Il subit les conséquences de son enfance malheureuse et doit passer deux ans en sanatorium. Il rencontre une Française, Luce Moreau, qui, dit-il, lui donne la possibilité d’écrire en français. En 1958 paraît en France un premier volume de pièces réunissant notamment Fando et Lis et Le Cimetière des voitures . Tous les thèmes d’Arrabal y sont déjà présents. La représentation théâtrale est considérée comme une cérémonie au cours de laquelle auteur, comédiens et spectateurs exorcisent leurs démons intimes. Les personnages sont tour à tour bourreaux et victimes. Sadisme, sexe, blasphèmes sont les moteurs principaux d’une œuvre assez répétitive et abondante. Quelques titres émergent: L’Architecte et l’Empereur d’Assyrie (1967), Le Jardin des délices (1969), Et ils passeront des menottes aux fleurs (1970), Le Roi de Sodome (1979). Mais, peu à peu, la provocation devient cliché, la violence tourne au kitch. L’œuvre d’Arrabal s’essouffle après la fin des années 1965-1975, qui avaient marqué une période de contestation tant politique que culturelle. En 1988, il crée La Traversée de l’empire au théâtre de la Colline, à Paris. Arrabal a tenté de théoriser ses conceptions théâtrales et artistiques avec le mouvement Panique. Celui-ci a regroupé, entre 1960 et 1963, une dizaine de peintres, d’écrivains et de cinéastes, parmi lesquels Roland Topor, Jacques Sternberg et Alejandro Jodorowski, qui voulaient retrouver le souffle du surréalisme. Plus qu’une école artistique, Panique voulait définir une «manière d’être».

Romancier (L’Enterrement de la sardine , 1961; Fêtes et rites de la confusion , 1967), Arrabal s’est également laissé tenter par le cinéma. On retient notamment Viva la muerte (1971), film autobiographique inspiré d’un premier roman paru en 1959: Baal Babylone , et J’irai comme un cheval fou (1973).

En 1984, répondant en quelque sorte à sa première Lettre au général Franco publiée quelques années avant, il écrit la Lettre à Fidel Castro , dans laquelle il se livre à une attaque en règle contre le régime castriste, dénonçant la dictature et la domination «raciste» d’une poignée de Blancs sur les populations d’origine.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Arrabal — ist der Name von Fernando Arrabal, spanisch französischer Schriftsteller Arrabal (Leiria), Gemeinde im portugiesischen Kreis Leiria Diese Seite ist eine Begriffsklärung zur Unterscheidung mehrerer mit demselben Wort bezeichn …   Deutsch Wikipedia

  • Arrabal — Saltar a navegación, búsqueda Un arrabal es una agrupación orgánica (sin planeamiento urbanístico previo) de viviendas y comercios, normalmente asociado a clases bajas. El término se aplica normalmente para definir los crecimientos descontrolados …   Wikipedia Español

  • Arrabal — (Fernando) (né en 1932) écrivain et cinéaste espagnol d expression française. Il allie dérision, violence et onirisme: le Grand Cérémonial (1965), Viva la muerte (1971) …   Encyclopédie Universelle

  • arrabal — sustantivo masculino 1. Pragmática: peyorativo. Barrio o lugar de los alrededores de una población: Vive en los arrabales. En los arrabales de la ciudad hay muchas chabolas …   Diccionario Salamanca de la Lengua Española

  • arrabal — (Del ár. hisp. arrabáḍ, y este del ár. clás. rabaḍ). 1. m. Barrio fuera del recinto de la población a que pertenece. 2. Cada uno de los sitios extremos de una población. 3. Población anexa a otra mayor …   Diccionario de la lengua española

  • Arrabal — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Arrabal peut désigner : Toponymes au Portugal : Arrabal, paroisse civile de la municipalité de Leiria, située dans le district de Leiria et la… …   Wikipédia en Français

  • Arrabal — (Del ár. al rabad, barrio de las afueras.) ► sustantivo masculino 1 Barrio situado en las afueras de una población: ■ convirtieron en zona residencial los arrabales del río. TAMBIÉN rabal SINÓNIMO pedanía 2 Población anexa a otra mayor. 3 Sitio… …   Enciclopedia Universal

  • arrabal — (Del ár. al rabad, barrio de las afueras.) ► sustantivo masculino 1 Barrio situado en las afueras de una población: ■ convirtieron en zona residencial los arrabales del río. TAMBIÉN rabal SINÓNIMO pedanía 2 Población anexa a otra mayor. 3 Sitio… …   Enciclopedia Universal

  • arrabal — {{#}}{{LM A03391}}{{〓}} {{SynA03466}} {{[}}arrabal{{]}} ‹a·rra·bal› (también {{◎}}rabal{{ ̄}}) {{《}}▍ s.m.{{》}} Barrio o zona que está fuera del recinto de una población o a las afueras, especialmente los habitados por una población de bajo nivel… …   Diccionario de uso del español actual con sinónimos y antónimos

  • Arrabal — Arrabạl,   Fernando, spanischer Schriftsteller, * Melilla 11. 8. 1932; lebt seit 1955 in Paris, schreibt überwiegend in französischer Sprache. Unter dem Francoregime waren seine Werke in Spanien verboten. Sein schmerzhaftes Verhältnis zu seiner… …   Universal-Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.